Les protections féminines

Une importante source de déchets

Une femme utilise au cours de sa vie entre 10 000 et 15 000 protections hygiéniques, soit plus de 150kg de déchets, qui incluent les serviettes, tampons, applicateurs…

 

Assortiment de protections jetables

Extrêmement polluantes

Il leur faudra plus de 500 ans pour se dégrader (autant qu’une bouteille en plastique) et elles ne sont pas recyclables.

Leur composition est aussi douteuse que mystérieuse, les fabricants n’étant pas obligés de mentionner les ingrédients contenus dans les protections (seul le taux d’absorption doit figurer sur l’emballage).

“Les procédés de fabrication des protections périodiques jetables sont très polluants et utilisent des produits chimiques (plastiques, résines, liants, fabrication de fibres synthétiques comme la rayonne, blanchiment, stérilisation etc.). L’ONGE Greenpeace affirme que cette industrie est l’une des plus polluantes du monde. L’argumentation hygiéniste conduit à une surenchère d’emballage (plastique individuel, boîte, applicateurs en carton ou en plastique, etc…). La gestion de ces déchets, majoritairement non dégradables, est problématique. Les protections périodiques jetables sont le plus souvent incinérées mais aussi enfouies sur des sites de déchets. Ces protections requièrent 500 ans pour se dégrader et sont une source de prolifération microbienne. Les tampons et des applicateurs sont jetés dans les toilettes. Ils se retrouvent dans les océans et posent de nombreux problèmes aux poissons et aux mammifères aquatiques.”

(Source : wikipédia)

Très coûteuses sur le long terme

Une femme en consomme pour plus de 2 400€ dans sa vie d’utilisatrice.

 

Quelles sont les alternatives ?

Si certaines sont bien connues, d’autres sont plus surprenantes :

 

  •  La serviette hygiénique lavable : La plus connue. En protège slip, serviette de jour, de nuit… pour un prix moyen de 9€, elle a une durée de vie de 5 à 10 ans (en fonction de la matière), et est recyclable. Une petite dizaine de serviettes sont utiles pour tourner aisément sur un cycle, elles représentent donc une diminution de 4 à 6 fois le budget consacré aux protections intimes.
Réalisation et photo Chouette Julotte - couture écolo
Réalisation et photo Chouette Julotte – couture alternative et écolo en Pays d’Auray
  • Le tampon lavable : Fabriqué à la main avec du bambou écologique (absorbe 4 fois plus que le coton), se garde en place 3-4h et coûte près de 12€ les 4 tampons.
  • La coupe menstruelle : Peu connue même si elle existe depuis plus de 50 ans. Il s’agit d’un réceptacle en latex ou en silicone qui se place dans le vagin (comme un tampon), le sang y est contenu puis vidé après usage et rincé avant d’être replacé (il peut rester en place jusqu’à 12h). Elle coûte entre 12€ et 30€. Une femme en utilisera 1 à 3 dans sa vie d’utilisatrice et fera une économie allant de 2 000€ à 2 400€.
  • L’éponge menstruelle : Si elle peut sembler exotique, elle n’en reste pas moins écologique en ne produisant aucun déchet. Il s’agit d’une petite éponge de mer (coupée, non arrachée afin de favoriser sa repousse). Elle est placée dans le vagin, reste en place 3-4h. Elle est réutilisable mais sa durée de vie dépend de sa qualité et de son utilisation (à la moindre déchirure elle doit être remplacée). Elle coûte environ 7€ et est entièrement compostable.
  • Le flux instinctif : Méthode venant des États-Unis assez critiquée. Il s’agit de retenir l’écoulement du sang en contractant son périnée et de le libérer en allant au toilette.Les adeptes de la méthode prônent le retour à la liberté, le contrôle de son corps, le “Zéro-Déchet” et le 100% économie. Plus d’infos avec cette vidéo .

 

Meluna_farbauswahl_1_1

2 commentaires

  1. Oui c’est quand même super pratique la coupe menstruelle, pour ma part je l’utilise depuis 6 ans maintenant !

  2. “que choisir” a sorti un dossier sur le sujet (en kiosque en ce moment). ils font une belle pub aux coupes menstruelles. et je vais me lancer. ma belle sœur en utilise et me les conseille vivement.

Postez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *