Les Couches Lavables

Le saviez-vous ? La France commercialise 3,5 milliards de couches jetables par an, ce qui représente 750 000 tonnes de déchets qui doivent être traités par l’incinération ou l’enfouissement.

Elles représentent 4 % des déchets collectés en France.

Un impact environnement qui fait mal

 

couche-jetable

Un enfant mettra en moyenne 2 ans et demi pour devenir propre ; il consommera environ 5 couches par jour et sera donc changé plus de 5 000 fois pendant cette période. La fabrication de ces couches a un impact considérable :

  • 4,5 arbres abattus.
  • 25 kg de plastique utilisés pour rendre les couches imperméables.
  • 67 kg de pétrole brut pour fabriquer le plastique (l’équivalent d’une tasse par couche).
  • 120 m3 d’eau (par couche) seront nécessaires (la cellulose utilisé dans les couches jetables consomme énormément d’eau et de bois).
  • 1 tonne de déchets qui mettront 500 ans à se dégrader.
  • 40 % des déchets ménagers d’un foyer (avec un seul enfant de 0 à 2 ans et demi).

 

D’un point de vue santé

 

Les fabricants de couches jetables restent très secrets quant à la composition de leurs produits, mais de nombreuses études ont été réalisées (notamment par Greenpeace ou Öko-Test), afin de mettre en évidence les substances mises en contact avec la peau de nos enfants :

Polyacrylate de sodium, TBT, Dioxine, Furane, Benzol, Toluène, Ethylbenzène xykène et Dipentène, Parfum, Capteurs d’odeur…

Autant de produits chimiques pour la plupart connus et reconnus cancérigènes, provoquant des dérèglements hormonaux, des troubles neurologiques, l’infertilité, l’affaiblissement du système immunitaire… Certains se sont déjà vus interdire dans la composition des serviettes hygiéniques, mais restent autorisés dans celle des couches pour nourrisson.

Si rien ne prouve la toxicité de ces produits dans les couches (dans les quantités utilisées), aucune étude ne prouve non plus leur innocuité à long terme. Il s’agit donc de faire preuve de prudence quant à leur utilisation…

 

Financièrement

 

Le budget “couches jetables” pour un enfant, de la naissance à la propreté, est compris entre 1 000 € et 2 500 € en fonction de la marque et de la quantité utilisées (sans prendre en compte les dépenses liées au traitement des déchets).


Quelles sont les alternatives ?

 L’hygiène naturelle infantile

 

Les couches lavables restent la principale alternative en matière de change, mais il existe aussi des pays où il est courant de pratiquer l’hygiène naturelle infantile.

hni
L’hygiène naturelle infantile (HNI), connue aux États-Unis sous le nom d’Elimination Communication (EC), est pratiquée dans de nombreux pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud sans pour autant être nommée. Elle consiste à observer les réactions d’un bébé afin de détecter les signes indiquant qu’il a envie de faire ses besoins (urine et selles), pour lui permettre de se soulager immédiatement dans des toilettes, dans un pot de chambre ou dehors.
Source : Wikipédia

Cette pratique est le moyen le plus écologique et le plus économique pour gérer la propreté de bébé.
Si elle demande plus de temps (au départ) aux jeunes parents, elle permet aussi de créer des liens relationnels plus étroits en étant plus à l’écoute des besoins de son enfant.
Il n’est pas rare en HNI de voir des bambins de 1 an propres et indépendants, ce qui est un avantage non-négligeable.

Les couches lavables

 

Loin des langes énormes et difformes de l’ancienne époque, aujourd’hui la couche lavable a la cote.

Elles sont colorées, fines, non traités, et pour la plupart en matières naturelles.

Les médecins les recommandent pour les enfants sujets à des érythèmes fessiers, car la peau y respire davantage. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il fait en  moyenne 1°c de moins dans une couche lavable.

 

En comparaison avec une couche jetable, une couche lavable utilise :

couches-lav-jet

  • 3,5 fois moins d’énergie
  • 2,3 fois moins d’eau
  • 8,3 fois moins de matières premières non renouvelables
  • 90 fois moins de matières premières renouvelables
  • et génère 60 fois moins de déchets solides

 

 

 

Elle se décline sous plusieurs formes

  • TE1 (tout en un): s’utilise exactement comme une couche jetable. Les parties imperméable et absorbante sont cousues ou pressionnées ensemble. On la met, bébé la souille, on l’enlève, on lave le tout. Plus longue à sécher.
  • TE2 (tout en 2) : la partie imperméable est dissociable de la partie absorbante : on lave seulement la partie absorbante, la partie imperméable (culotte) servira 3-4 fois avant d’être lavée.
  • TE3 (tout en 3): hybride, elle s’utilise comme une couche jetable, avec une partie absorbante qui sera jetée, ou comme une couche lavable (TE2).
  • La couche classique : son rôle est uniquement d’absorber ; seule elle fuit. Elle doit être accompagnée d’une culotte de protection imperméable.
  • Le lange : un simple carré de coton auquel on ajoute un tissu absorbant (insert, doublure, booster), à fixer grâce à un snappy (système de griffes) et accompagné d’une culotte de protection (sur-couche).
  • Le lange à nouer :  c’est un lange préformé en coton adapté à toutes les morphologies. On y ajoute un tissu absorbant, et on le recouvre une culotte de protection. Sèche très vite.

couches                              lange-à-nouer

Question organisation

 

Ce n’est pas plus compliqué que d’aller acheter un paquet de couches jetables.

On stocke la couche sale dans un seau hermétique, à sec (plus écologique) ou dans l’eau, avec de l’huile essentielle d’arbre à thé, qui aura pour effet d’éviter la prolifération de bactéries.

En cas de caca, il suffit d’éliminer celui-ci dans les toilettes (grâce à des voiles de protection lavables ou jetables qui se glissent entre la peau et la couche) ou en rinçant simplement à l’eau.

On lave le tout avec le linge de maison (une tournée de linge pleine est plus écologique), sans aucune tache ni odeur ! Il est recommandé d’utiliser une lessive bio ou de la faire soi-même, car les lessives industrielles sont souvent pourvues de produits (du type assouplissant) qui encrassent les couches, les rendant moins absorbantes (ce problème se résout avec une tournée sans lessive mais avec 2 cuillères à soupe de cristaux de soude pour les décrasser).

Favoriser le séchage naturel, le soleil est une solution magique contre les taches.

En balade, prévoir un sac en tissu imperméable pour stocker la couche en attendant le retour à la maison.

 

Financièrement

 

Prévoir entre 10 et 20 couches (en fonction du nombre de lessives hebdomadaires).
Compter entre 250 € pour les systèmes les moins chers (lange à nouer, système le moins connu étrangement) et 600 € – 800 € maximum pour les systèmes les plus onéreux (TE1).

L’eau, l’électricité et la lessive pour l’entretien des couches reviennent à environ 50 € par an.

Il est important de savoir que les couches pourront resservir pour un deuxième enfant, et qu’on en trouve facilement en occasion (en cas de fuite il suffira de les décrasser).

En faisant le choix de couches lavables, on réalisera une économie moyenne de 1175€ ! Le prix de revient moyen des couches jetables se monte en effet à 1700 €, contre 525 € pour les lavables.

 

 

9 commentaires

  1. bonjour !
    je suis tres interressee par tes conseils pour l’utilisation des couches lavables. Nous attendons bébé 2 pour avril et j’aimerai utiliser des couches lavables. Bébé 1 n’a pas eu cette chance, meme si ns utilisions en priorité des couches écologiques, niveau budget ca chiffre, alors je me dis que les lavables, c’est certes un budget mais vite amortis si on choisi le bon modèle…
    J’aime bien l’idée des couches de type So bambou de chez Ptits dessous mais comment savoir si elles vont convenir ??? car j’ai l’impression que tous les modèles ne vont pas à tous les bébé !!! je vais pas en acheter une de chaque marque si ? Et que penses tu des achats d’occaz ? j’y penses mais ai peur d’etre déçue des élastiques, ou de l’usure…
    tes langes a nouer sont de quelle marque ?
    merci de tes conseils !!!
    a bientot
    apolline

    1. Bonsoir,
      Merci pour ton message…
      Alors oui c’est clair que toutes les couches ne vont pas à tous les bébés.
      Dans l’idéal il faut pouvoir les tester, en se les faisant prêter par des amis, ou par certaines comcom qui proposent d’essayer des couches pendant 1 mois (par exemple), il existe aussi des structures qui permet de les louer…
      Comme ceci est légèrement contraignant moi ce que je conseille, celles qui pour moi vont à tous les bébés sont les langes, les langes à nouer sont super pratiques.
      Moi je les aient utilisé depuis la naissance jusqu’à la propreté.
      J’en ai acheté 13 : 13 langes à nouer, 16 doublures (3 de plus pour doubler la nuit, en cas de groooos pipi) le tout avec 4 surcouches pour tournée, c’était parfait.
      Ça m’a coûté environ 200€, difficile de faire mieux non ?!
      De plus aucun problème d’élastique, elles n’ont absolument pas bougé dans le temps et pourront servir à un autre bébé (ou être transformé en lavette multifonction).
      J’ai utilisé les langes de la marque Di..na (je suis pas sûre d’avoir le droit de nommer 😉 )

      1. bonjour, je n’ai pas eu le temps de te remercier pour ta réponse, et j’ai vu que tu avais fais un nouvel article, j’y cours juste après !!!!!!
        tu m’a trop motivé à essayer et à les adopter !!!!
        pr répondre a ton mail, j’habite au sud de nantes, et quand je vois tous ce qui est fait chez toi en ateliers, je suis deg’ d’etre s’y loin !!!

      2. This art did nothing to harm chdc8ren&#i230;lhildren cry at the drop of a hat. The innocence and openness which children possess that we adults hide is shown in these photographs, which is what makes them beautiful. Yes, the artist made them a political statement…she feels the way these children feel when their candy has been taken away…her outlet is this art. I personally love it.

  2. bonjour,
    j’ai testé les couches lavables pour mon premier enfant, avec un stock prêté par une copine. je les ai utilisées quelques mois le soir et le week end mais on a vite arrêté car les fuites à répétition, le volume de lessives (un 2è bb est arrivé très vite) et le manque de temps (nous travaillons tous les deux) ont eu raison de notre motivation. alors on tente de compenser avec des couches écolo (moltex). on est déçus de ne pas avoir réussi mais on a essayé.

    1. Aaaaah les fameuses fuites, surtout venant d’un lot d’occasion !
      Les couches devaient simplement être encrassées, la graisse (produit que l’on met sur les fesses de bébé ou la lessive) s’insère dans les mailles du tissu.
      Pour les décrasser il suffit de les relaver sans lessive (avec un peu de cristaux de soude) après les avoir lavé normalement une première fois, elles sont donc dégraissées et peuvent de nouveau absorber normalement…
      Beaucoup de famille abandonnent les couches lavables pour cette raison, ne sachant pas que le problème a une solution, dommage !
      Pour ma part, bébé a 18 mois il porte des langes à nouer, sorte de couches classique qui ressemble plus au lange, je n’ai jamais eu besoin de les décrassé car j’utilise une lessive maison (qui n’encrasse pas les couches) et les seules fuites que j’ai a déplorer ont étés le très peu de fois où il a porté des couches jetables… Comme quoi ! 🙂

      1. Bạn Æ¡i mình hỏi là đăng ký đặt cọc trước 1/2 số tiền có đc không? Vì trước ngày khuyến mại m chÆ°a lo đủ ģ†‘°Ã¡Â»ÂÃc

    2. Bonjour,
      J’ai utilisé les couches lavables avec mes 2 enfants. Certes, c’est du boulot à laver. Mais quelles économies! Et la conscience tranquille!
      Nous utilisions des couches “bio” pour les sorties les weekends (difficiles de se balader avec les couches pleines dans la voiture)
      Mon premier enfant a porté exclusivement des couches lavables (les fuites étaient plutôt rares) et pour ma fille nous alternions entre les moltex et les lavables car les fuites étaient plus nombreuses. J’ai pensé à l’époque que c’était une question de morphologie ou de volume de pipi! Dommage que l’article soit paru en 2016 et pas en 2010! J’aurais peut-être persévéré!
      Mon fils étaient propre à 18 mois toute la journée et à 30 mois jour et nuit! et ma fille à 2-3 mois près pareil.

      1. they approached it with a different strategy than anyone else until now, so it was worth mentioningi too &#;2268hide᾵ my registry data – that’s totally normal as i don’t want to get spam

Postez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *